SommairePrécédentSuivant
Fermer
 
Sémiologie paraclinique
  Chapitre 6. TECHNIQUES D'EXPLORATION DES ARTÈRES ET DES VEINES
 
L'étude du périmètre de marche se fait sur tapis roulant. Elle permet d'apprécier exactement la gène fonctionnelle.
La thermographie cutanée est utile dans les artérites distales.
Les isotopes, technétium 99 m, xénon, sont utilisés.
 

L'ECHO-DOPPLER

PRINCIPE
Lorsqu'un faisceau d'ultrasons de fréquence stable F est émis vers un corps en mouvement, il se réfléchit sur celui-ci selon un faisceau de fréquence F'. La différence de fréquence :
 

est proportionnelle à la vitesse de l'élément mobile, ici les éléments figurés du sang.
Doppler continu, Doppler pulsé, Doppler à codage couleur sont utilisés couplés à l'échographie vasculaire.
 
RÉSULTATS
Repérage sonore des vaisseaux
Une occlusion se traduit par un silence sur le trajet du vaisseau.
Une sténose entraîne une élévation de la fréquence sonore au niveau de la sténose, une diminution en aval.
Enregistrement de la courbe de vitesse
Détection du sens du flux sanguin : Doppler directionnel
Prise de pressions artérielles aux membres supérieurs et inférieurs.
Chez le sujet normal, la pression artérielle aux membres inférieurs est plus élevée que celle mesurée aux membres supérieurs :
 

Cette mesure peut être sensibilisée par un test d'effort préalable et objectiver une baisse de pression due à des sténoses modérées.
Doppler veineux
L'auscultation du flux veineux permet d'apprécier la circulation veineuse par modification du son lors de la compression en amont.
On peut également étudier les reflux veineux aux changements de position.
Écho vasculaire : visualise les plaques d'athérome et la présence de thrombus.
 

RHÉOGRAPHIE par mesure des variations d'impédance : irrigraphie.

PRINCIPE
Lorsqu'un courant électrique traverse un segment de membre, la résistance tissulaire varie en fonction du flux sanguin qui irrigue ce segment de membre.
En fonction des caractéristiques de l'appareil, on peut étudier la circulation artérielle ou la circulation veineuse.
 
IRRIGRAPHIE : Étude de la circulation artérielle.
En cas de sténose ou de thrombose artérielle, l'amplitude des variations d'impédance diminue.
Le courant est injecté en distalité. Il est recueilli à 5 niveaux différents (2 à la cuisse, 3 à la jambe).
On peut donc connaître les variations d'impédance et par conséquent la qualité du flux artériel à chacun de ces niveaux.
 

LA RHÉOPLÉTHYSMOGRAPHIE VEINEUSE

L'impédance est mesurée à la jambe. Un garrot pneumatique, placé à la cuisse, interrompt le retour veineux (pression 50 mmHg), le sang s'accumule en amont, donc dans la jambe.
L'impédance diminue et l'on peut apprécier "l'indice de distensibilité". Lors du dégonflage du garrot, le sang s'évacue : l'impédance revient à sa valeur initiale, selon une courbe qui permet de déterminer un "indice de vidange".
La rhéopléthysmographie veineuse est utilisée le plus souvent pour le diagnostic des thromboses veineuses des membres inférieurs.
 

ARTÉRIOGRAPHIES

L'injection d'un produit radio-opaque (iodé) dans l'aorte (ponction directe translombaire ou cathétérisme rétrograde) permet de visualiser l'aorte, ses branches, l'état des parois (plaques d'athérome), la présence de sténoses, d'anévrismes, de thromboses, la qualité de la distalité, l'existence d'une circulation collatérale.
A noter que l'injection d'un produit radio-opaque par voie intraveineuse permet de voir les artères, grâce au procédé d'angiographie numérisée.
Le scanner hélicoïdal donne des images remarquables des ectasies aortiques.
 
Aortographie
 

PHLÉBOGRAPHIE

L'injection d'un produit de contraste dans les veines des membres inférieurs permet d'obtenir une phlébocavographie et de détecter la présence de caillots sanguins (obstruction veineuse ou défects ou liseré qui délimite un thrombus dont l'image apparaît ainsi en négatif dans les veines surales, poplitées, fémorales, iliaques ou caves).
Indications : diagnostic des phlébites, appréciation du risque embolique.
La phlébographie peut être suivie d'une angiographie pulmonaire à la recherche de caillots plus ou moins oblitérants dans les artères pulmonaires.
 
SommairePrécédentSuivant  
ContactsImprimerFermer