AccueilDisciplinesRetour

Les péricardites constrictives
Professeur Bernard DENIS - Octobre 2002 (Mise à jour Janvier 2005)


1. Définitions

L'épaississement fibreux du péricarde avec calcification entraîne une gêne au remplissage diastolique du cœur : adiastolie.


2. Etiologies

  • La tuberculose est presque toujours en cause. La constriction se développe très lentement. Elle reste méconnue pendant longtemps. Plus rarement, elle évolue sur un mode subaigu.
  • Post radiothérapie
  • Insuffisance rénale chronique.
  • Cancer secondaire du péricarde.


  • 3. Anatomie

  • Péricardite constrictive subaiguë précoce
  • Péricardite fibreuse avec symphyse laissant par endroit des logettes contenant du liquide séreux ou du caséum.
  • Péricardite calcifiée (n'est pas synonyme de constriction)
  • Les calcifications prédominent au niveau des sillons auriculo- ventriculaires.
  • Des spicules pénètrent parfois dans le myocarde.


  • 4. Clinique

  • Dyspnée croissante, douleurs thoraciques
  • Stase veineuse avec turgescence jugulaire et reflux hépatojugulaire.
  • Hépatomégalie : ferme, lisse, rarement douloureuse.
  • Ascite (pseudo-cirrhose de PICK) : liquide riche en albumine, lymphocytaire, stérile.
  • Œdèmes des membres inférieurs, fugaces puis permanents, avec varices, ulcères.
  • Tension artérielle basse. Pouls souvent paradoxal.
  • Temps de circulation augmenté.


  • 5. Auscultation

  • Peut être normale
  • Troisième bruit protodiastolique dans 2/3 des cas. Soit vibrance péricardique : forme calcifiée, soit bruit plus sourd : forme fibreuse. Ce troisième bruit est légèrement plus précoce qu'un galop protodiastolique. Il est situé entre le point 0 et le point E de l'apexogramme.


  • 6. Electrocardiogramme

  • Soit rythme sinusal avec ondes P carrées, bifides.
  • Soit fibrillation auriculaire
  • Microvoltage
  • T plats ou négatifs dans toutes les dérivations.


  • 7. Radiographie thoracique

  • Volume cardiaque petit ou normal, rarement augmenté de volume (dilatation des oreillettes au dessus des sillons calcifiés). Des calcifications cernent le contour cardiaque ou réalisent une véritable cuirasse.
  • en scopie, cœur immobile.


  • 8. Échocardiogramme

  • Péricarde très épaissi et dense.


  • 9. Cathétérisme droit

  • Il montre, dans le ventricule droit, une dépression protodiastolique brutale, suivie d'une remontée abrupte, puis d'un plateau mésotélédiastolique supérieur ou égal au tiers de la pression systolique (Dip plateau).
  • Tendance à l'égalisation des pressions diastoliques de la veine cave supérieure aux capillaires pulmonaires.


  • 11. Traitement chirurgical

  • Précédé d'un traitement antituberculeux
  • Péricardectomie complète
  • Guérison rapide dès que le myocarde a repris son expansion diastolique.
  • Parfois, résultat incomplet (formes calcifiées), surtout au delà de 50 ans.
  • Mortalité opératoire 10 %.


  • 12. Synthèse et commentaires : les péricardites constrictives

    La péricardite constrictive constitue un tableau d'adiastolie caractérisé par :
  • une stase veineuse qui progresse du coeur à la périphérie (hépatomégalie, turgescence jugulaire, ascite, puis oedèmes des membres inférieurs)
  • une vibrance péricardique protodiastolique
  • un coeur petit ou normal sur la radio
  • un aspect de dip-plateau sur la courbe de pression intraventriculaire droite.


  • Version complèteDroits