AccueilDisciplinesRetour

Les insuffisances mitrales (251)
Professeur Gérald VANZETTO - Novembre 2002 (Mise à jour Janvier 2005)


1. Étiologies et aspects anatomiques

Etiologie
Anatomie
Rhumatismale (35% des cas) :
Rétraction valvulaire scléro-atrophique (petite valve ++)Rétraction et épaississement des cordagesCalcifications annulaires et valvulaires modérées
Dystrophique ou myxoïde := Maladie de Barlow
Epaississement valvulaireBallonisation valvulaire en "parachute", prolapsusDistension et amincissement des cordagesPossible ruptures de cordages
Dégénérative
Fibrose valvulaire, en particulier de la petite valveCalcification annulaire modéréeRuptures de cordages
Endocardite infectieuse
Ulcérations, perforations, végétations valvulairesAbcès annulaires fistulisésRuptures de cordages
Ischémique
Dysfonction ischémique du pilier postérieur de la valveRupture de pilier postérieur (infarctus inférieur aigu)Anévrysme ventriculaire avec distension annulaire
Fonctionnelle
Valves et cordages anatomiquement normauxDistension de l'anneau avec défaut de coaptation valvulaireObservée dans les myocardiopathies dilatées
Autres (rares)
Traumatique : rupture de cordage, déchirement valvulaireCongénitale : Fente mitrale, canal atrio-ventriculaire...Maladies inflammatoires


2. Physiopathologie

Insuffisance mitrale chronique
L'IM rhumatismale
Insuffisance mitrale aiguë
L'IM par rupture de cordage de la maladie de Barlow
Régurgitation systolique VG -> OG. Le retentissement de l'insuffisance mitrale est fonction :
  • de son caractère aigu ou chronique
  • des pressions VG et OG
  • de la surface de régurgitation
  • de la durée de la régurgitation Augmentation modérée des pressions OG
  • Augmentation modérée des pressions OG
  • Dilatation progressive et majeure OG
  • L'OG "amortie" l'IM, la circulation veineuse pulmonaire est protégée, l'IM est bien tolérée.
  • Augmentation brutale ++ des pressions OG
  • Sans dilatation OG associée.
  • L'OG ne remplie pas sa fonction de "tampon" entre VG et circulation veineuse pulmonaire : l'IM s'accompagne dans 50% des cas d'un OAP.
  • Surcharge volumique ventriculaire gauche
  • Elevation de la pression télédiastolique VG
  • Dilatation ventriculaire gauche
  • A long terme insuffisance cardiaque gauche
  • Augmentation du volume diastolique VG
  • Augmentation du volume systolique VG
  • Ventricule gauche hyperdynamique
  • L'insuffisance mitrale s'auto-aggrave : la dilatation ventriculaire entraîne une dilatation de l'anneau


    3.1. Symptômes

  • L'insuffisance mitrale chronique est asymptomatique pendant plusieurs décades et est souvent une découverte d'examen systématique. Les formes sévères évoluent progressivement vers la dyspnée d'effort, puis de repos et l'insuffisance cardiaque globale.
  • L'insuffisance mitrale aiguë (rupture de cordage, endocardite infectieuse) s'accompagne dans 50% des cas d'un syndrome de rupture: brève douleur thoracique et oedème aigu du poumon, et dans 50% des cas d'une dyspnée d'effort et de repos rapidement croissante.
  • La rupture de pilier à la phase aiguë de l'infarctus du myocarde (presque toujours inférieur) s'accompagne d'une scène clinique dramatique avec installation d'un choc cardiogénique et décès dans 2/3 des cas.


  • 3.2. Signes physiques

  • Frémissement palpatoire à l'apex dans les formes sévères, et déviation du choc de pointe dans les formes chroniques avec dilatation ventriculaire gauche
  • Souffle holosystolique doux en jet de vapeur, maximum à l'apex, mieux perçu en décubitus latéral gauche, irradiant dans l'aisselle
  • Diminution de B1
  • Galop (B3) constant dans les formes aiguës, fréquent dans les formes chroniques sévères avec dilatation ventriculaire gauche
  • Particularités :
  • prolapsus mitral :
  • Douleur thoracique atypique
  • Palpitations
  • clic méso-télésystolique et souffle télésystolique audible entre le click et B2
  • la rupture de cordage :
  • Irradiation postérieure du souffle, dans le dos
  • crépitants pulmonaires, prédominants parfois dans un seul poumon - OAP


  • Enregistrement sonore : insuffisance mitrale
    (Tous Droits Réservés)


    3.3. Électrocardiogramme

  • Hypertrophie auriculaire gauche
  • Hypertrophie ventriculaire gauche
  • Fibrillation auriculaire inconstante
  • Particularité du prolapsus mitral : Extrasystoles ventriculaires fréquentes, ondes T négatives en DII, DIII et aVf


  • 3.4. Radiographie thoracique

  • Cardiomégalie, avec augmentation de l'arc inférieur gauche due à la dilatation VG, et dilatation auriculaire gauche
  • Particularité de l'insuffisance mitrale aiguë : Signes radiologiques d'oedème pulmonaire


  • 3.5. Echo-doppler cardiaque

  • Précise l'anatomie valvulaire et sous-valvulaire et l'étiologie de l'insuffisance mitrale
  • Recherche des calcifications
  • Quantifie la sévérité de l'insuffisance mitrale grâce à l'étude Doppler :
  • Extension du jet de régurgitation en doppler couleur
  • Calcul de la fraction de régurgitation
  • Évalue la dilatation auriculaire et ventriculaire gauche
  • Évalue la fonction ventriculaire gauche systolique et diastolique
  • Particularités :
  • prolapsus mitral : mouvement postérieur mésosystolique de la petite valve mitrale, avec aspect en hamac ou en petite cuillère
  • rupture de cordage : écho anormal en "coup de fouet" dans l'oreillette gauche par bascule systolique du cordage rompu et à l'éversion de la valve
  • endocardite infectieuse : végétation, abcès, perforation ...


  • Vidéo : insuffisance mitrale en échographie doppler couleur :
    Flux de régurgitation dans l'OG (rouge) en systole
    (Tous Droits Réservés)


    Photo échographie : insuffisance mitrale par prolapsus. Incidence longitudinale.
    TM aspect en hamac pendant la systole sur la valve mitrale.
    (Service de Cardiologie du CHU de Grenoble)


    Photo échographie : insuffisance mitrale par prolapsus. Incidence longitudinale.
    Doppler couleur en systole montrant le reflux dans l'OG en bleu.
    (Service de Cardiologie du CHU de Grenoble)


    Photo échographie : insuffisance mitrale par prolapsus :
    Prolapsus de la petite valve en 4 cavités apicale.
    (Service de Cardiologie du CHU de Grenoble)


    Photo échographie : insuffisance mitrale par prolapsus :
    Prolapsus de la petite valve en échographie transoesophagienne.
    (Service de Cardiologie du CHU de Grenoble)


    3.6. Cathétérisme et angiographie cardiaques

  • La ventriculographie gauche évalue :
  • la fraction d'éjection, la dilatation ventriculaire gauche,
  • l'importance de l'insuffisance mitrale en objectivant le reflux VG -> OG, la dilatation de l'oreillette gauche.
  • La coronarographie recherche des sténoses athéromateuses associées.
  • La mesure des pressions droites, en particulier de la pression capillaire pulmonaire apporte une information pronostique opératoire et oriente vers le caractère aigu d'une insuffisance mitrale en présence d'une onde V qui peut atteindre 40 mmHg.


  • Schéma : insuffisance mitrale rhumatismale : synthèse
    (Service de Cardiologie du CHU de Grenoble)


    Schéma : insuffisance mitrale par rupture de cordage : synthèse
    (Service de Cardiologie du CHU de Grenoble)


    4. Evolution et pronostic

  • L'insuffisance mitrale chronique reste longtemps bien tolérée et 2/3 des patients ne décompensent qu'après 50 ans.
  • Les principaux accidents évolutifs sont :
  • Les troubles du rythme supra-ventriculaires : fibrillation ventriculaire
  • L'insuffisance cardiaque gauche, avec possible OAP en cas de rupture de cordage
  • L'endocardite infectieuse
  • Très rarement :
  • Troubles du rythme ventriculaires
  • Embolies systémiques
  • Mort subite


  • 5. Traitement

  • Dans les formes minimes bien tolérées :
  • Pas de traitement à visée cardiologique
  • Prophylaxie de l'endocardite infectieuse
  • Surveillance clinique et échocardiographique
  • Dans les formes symptomatiques :
  • Traitement vasodilatateur mixte (en particulier IEC ++)
  • Traitement éventuel des troubles du rythme supra-ventriculaire
  • Prophylaxie de l'endocardite infectieuse
  • Surveillance clinique et échocardiographique
  • Dans les IM chroniques massives : Traitement curatif chirurgical :
  • Le plus souvent : remplacement valvulaire mitral par prothèse mécanique ou biologique
  • Si anatomiquement possible : valvuloplastie mitrale chirurgicale, qui consiste en une réparation de la valve, associée à une correction des anomalies de l'appareil sous valvulaire (rupture ou élongation de cordage) et une réduction de l'anneau valvulaire. Ce geste est en général possible dans les IM dystrophiques ou dégénératives, plus rarement dans les IM rhumatismales.
  • Dans les IM aiguës (rupture de cordage, endocardite infectieuse) :
  • Dans un premier temps, stabilisation hémodynamique par traitement médical intensif (vasodilatateurs, diurétiques, si besoin dobutamine), qui est généralement obtenue en quelques jours.
  • Dans un deuxième temps, chirurgie avec remplacement valvulaire ou plastie selon le type de lésions valvulaires


  • Version complèteDroits