AccueilDisciplinesRetour

Pathologie d’inoculation (101)
Association des Professeurs de Pathologie Infectieuse et Tropicale - Juin 2003


1.1. Prévention du tétanos et de la rage

  • S’assurer de l’état d’immunité anti-tétanique du patient
  • Assurer la prévention anti-rabique en cas d’agression par un animal (cf. tableau 1)


  • Tableau : Prévention de la rage
    (Popi)


    1.2. Précision des circonstances

    Elles permettent d’orienter la prophylaxie


    1.3. Examen et soins de la plaie


    1.3.1. Plaie profonde, anfractueuse, nécrotique


  • Exploration chirurgicale à la recherche de lésions tendineuses, articulaires, nerveuses, vasculaires
  • Ablation de tout corps étranger (qui favorise l’infection et sa pérennisation)
  • Lavage abondant au sérum physiologique
  • Désinfection locale (Ammonium quaternaire, dérivé iodé, chlorhexidine…)
  • Prévention de la gangrène gazeuse (en cas de plaie délabrante, d’ischémie, ou nécrose tissulaire) : efficacité de la pénicilline G, de la clindamycine, du métronidazole et du chloramphénicol, en général association de pénicilline G et métronidazole
  • Eviter les sutures, sauf en cas de plaies de la face ou de plaies lacérées


  • 1.3.2. Plaie infectée


    2 à 3 % des plaies par morsure s’infectent

  • Risque supérieur si morsure de chat :
  • de plaie punctiforme, profonde
  • de plaie de la main
  • de chirurgie
  • de lésion pararticulaire
  • d’immunodéficience

  • Prélèvements bactériologiques si signes inflammatoires locaux en faveur d’une infection locale

  • Antibiothérapie par voie générale selon les données de l’anamnèse. En l’absence d’orientation étiologique, l’association Amoxicilline-Acide clavulanique est recommandée.


  • Tableau : Risques infectieux selon la nature des plaies
    (Popi)


    1.3.3. Signes de dissémination


  • Lymphangite, adénite satellite, fièvre sont en faveur d’une dissémination bactérienne
  • Nécessité d’effectuer des hémocultures
  • Instauration d’une antibiothérapie par voie générale selon l’orientation anamnestique


  • 2.1. Pasteurellose humaine

  • Germe : Pasteurella multocida, bacille gram négatif dont le réservoir principal est l’animal (chat, chien, oiseaux, autres mammifères) mais on le retrouve également dans le milieu extérieur.
  • Contamination : par morsure ou griffure animale ou par piqûre végétale.
  • Incubation : 3 à 6 heures, rarement plus, et toujours inférieure à 24 heures.
  • Symptomatologie : la plaie devient rapidement très douloureuse, œdématiée, rouge, avec écoulement de sérosités et de pus.
  • Complications :
  • Précoces : lymphangite, adénopathies locorégionales inflammatoires, arthrite de voisinage, phlegmons des gaines, voire bactériémie et localisations secondaires sur un terrain fragilisé.
  • Tardives : manifestations articulaires et troubles trophiques (algoneurodystrophie) du membre atteint, érythème noueux.
  • Diagnostic : circonstances de survenue, importance et précocité de la douleur par rapport à la plaie, isolement du germe dans le pus, hémocultures
  • Antibiothérapie :
  • forme aiguë, pour une durée de 10 jours Doxycycline (200mg/j) ou Amoxicilline (50mg/kg/j) ou Macrolides (50mg/kg/j) pour les enfants de moins de 8 ans
  • bactériémie, pour une durée de 10 à 15 jours, Doxycycline (100mg/j) ou Amoxicilline (200 à 300mg/j)
  • prévention, pendant 5 jours Doxycycline (200mg/j) ou Amoxicilline (50mg/kg/j)


  • 2.2. Rouget du porc

  • Germe : Erysipelothrix rhusopathiae, bacille Gram positif
  • Contamination : par contact avec les porcs, blessures par os de porc (ou de mouton…), arêtes de poisson, crustacée.
  • Incubation : 12 à 48 heures
  • Symptomatologie : zone érythémateuse au niveau de la blessure, liliacée, au pourtour limité et oedématié, avec sensation de brûlure, avec parfois un fébricule.
  • Complications : atteinte articulaire chronique, endocardite aiguë ou subaiguë.
  • Diagnostic : contexte professionnel (bouchers, pêcheurs, cuisiniers, employés d’abattoir…)
  • Antibiothérapie : pour une durée de 7 jours,
  • Pénicilline G (12 à 20 MU/j) ou Amoxiciline,
  • ou Quinolone en cas d’allergie à la pénicilline ou d’endocardite associée.


  • 2.3. Tularémie

  • Germe : Francisella tularensis, les animaux réservoirs sont les rongeurs.
  • Contamination : manipulation voire morsure de lièvre (le plus souvent) ou de rongeur ou de tique.
  • Incubation : 1 à 14 jours ,4 jours en moyenne
  • Symptomatologie : ulcération cutanée associée à une adénopathie inflammatoire satellite.
  • Complications : adénite suppurée.
  • Diagnostic : bactériologie difficile, confirmation sérologique à posteriori.
  • Antibiothérapie : pendant 15 jours Doxycycline (200mg/j) ou Thiamphénicol (50mg/kg/j) associé à un Aminoside.


  • 2.4. Maladie des griffes du chat

  • Germe : Bartonella henselae, petit bacille Gram négatif ou plus rarement Afipia felis.
  • Contamination : par morsures ou griffures de chat le plus souvent.
  • Incubation : de 7 à 60 jours.
  • Symptomatologie : apparition d’une ou plusieurs adénopathies dans le territoire de drainage, volumineuses, fermes, indolores ou peu douloureuses, avec peu ou pas de signes généraux. L’évolution spontanée se fait vers la guérison, parfois sur plusieurs mois.
  • Complications : fistulisation, érythème noueux, exceptionnelles formes systémiques.
  • Diagnostic : aspect histologique évocateur (coloration de Wharting Starry ou immmuno-histochimie), isolement du germe, PCR sur prélèvement de pus de biopsie ganglionnaire, sérologie.
  • Antibiothérapie : Il n’y pas de traitement validé mais on utilise un Macrolide ou une Cycline ou une Quinolone ou une Rifampicine, d’efficacité inconstante pour une durée minimum d’un mois.


  • 2.5. Charbon (« Anthrax »)

  • Germe : Bacillus anthracis
  • Contamination : contact avec les animaux atteints ou avec leurs cadavres, manipulation de peaux, de laines ou de poudre d’os contaminés.
  • Incubation : 3 à 5 jours.
  • Symptomatologie : apparition d’une papule brun-rouge sans plaie initiale avec importante zone érythémateuse en périphérie puis ulcération et nécrose centrale. Association éventuelle avec une adénopathie régionale et signes généraux.
  • Diagnostic : identification à partir de frottis prélevés sur les lésions cutanées.
  • Antibiothérapie : sensible à la pénicilline G


  • 2.6. Sodoku

  • Germe : Spirillum minus
  • Contamination : morsure de rat
  • Incubation : de 3 à 4 semaines
  • Symptomatologie : plaie cicatrisant rapidement puis apparition d’une tuméfaction indurée associée à une adénopathie régionale et un syndrome algique (myalgies et arthralgies).
  • Complications : arthrite, épisodes fébriles répétés
  • Diagnostic : anamnèse, éventuellement mise en évidence du germe sur prélèvements locaux ou sur l’hémoculture
  • Antibiothérapie : sensible à la pénicilline G et aux cyclines, traitement pendant 10 jours


  • Version complèteDroits