Universite Medicale Virtuelle Francophone Universite Joseph Fourier
Accueil alpesmedPrésentationLettre du DoyenRédacteursDroitsAccessibilité AdministrationTICE Médecine
  Présentation  
 
LETTRE DU DOYEN
 
 
  Faculté de médecine de Grenoble : l’ambition pédagogique
   
  Je n’irai pas jusqu’à dire qu’une faculté de médecine a tant de fonctions capitales que sa mission première d’enseignement pourrait céder le pas aux autres. Pas plus que ses homologues au sein de l’université, son implication dans la recherche ne saurait mobiliser ses forces à ce point. Il est vrai qu’à cette dernière elle doit ajouter un engagement hospitalier et c’est en effet sa particularité majeure que d’entretenir trois fers au feu. On peut donc comprendre - mais non approuver ! - qu’une faculté de médecine puisse quelquefois laisser à d’autres le soin de mettre en œuvre des processus-clé de transmission des savoirs et promettre aux étudiants, à travers des prestations tarifées, les performances auxquelles ils aspirent. Aussi nous avons cru devoir faire retour à notre vocation facultaire en nous engageant, avec des équipes valeureuses et volontaires, dans un ensemble de projets visant à réaliser ce qu’on est en droit d’appeler l’ambition pédagogique de la faculté de médecine de Grenoble.
     
    Innovation, mutualisation, évaluation…
     
    Je ne vais pas décevoir ceux qui attendaient ici le traditionnel rappel des atouts scientifiques de la capitale du Dauphiné et des qualités exceptionnelles de l’Université Joseph Fourier. C'est notamment dans ce creuset que nous avons pu obtenir ces rares alliages de compétences - mathématique, physique, biologie… qui ont donné naissance à l'Ecole Doctorale d'Ingénierie pour la santé, l'un des fleurons de notre université.
    C'est encore dans cet environnement d'exception que les portes de l'Ecole Doctorale Chimie-Sciences du Vivant ont pu être ouvertes à nos enseignants. Autant de ressources au service des futurs enseignants-chercheurs dans les domaines de la médecine et des nouveaux métiers de la santé...
     
    De tels privilèges nous imposent les devoirs d'un pionnier de l'innovation pédagogique. Il nous revient d'ouvrir la voie à des mutualisations inédites entre les filières de la santé, associées dès aujourd'hui dans une première année commune de leur cursus, bientôt accueillies dans les mêmes locaux : rentabilisation des ressources, mais aussi remplacement d'une sélection aveugle par une orientation multiple ouvrant des perspectives au plus grand nombre, enfin et surtout fructueux rapprochement des futurs professionnels de la santé dans le partage d'une vocation humaniste commune.
     
    Dans le même esprit, il nous a paru souhaitable de promouvoir des pratiques de solidarité, telles que le parrainage par leurs aînés des étudiants de première année et des candidats au concours d'internat. Quant à nos stages hospitaliers, ils sont conçus comme un véritable compagnonnage, propice à une transmission de l’état de l’art médical.
     
    Enfin, je voudrais souligner le travail exceptionnel de nos équipes de recherche pédagogique et leur collaboration avec nos homologues de Genève et de Sherbrooke pour mettre en pratique des méthodes adaptatives visant l'amélioration continue de la transmission des savoirs. Dix fois par an, dans chacune des six années qui préparent au titre de docteur en médecine, nos étudiants se réunissent autour de leurs maîtres pour évaluer l’enseignement prodigué au cours de la période précédente et définir des mesures correctives. Il faut voir dans ce rituel modeste et persévérant le signe le plus fort de ce retour à notre vocation première. C'est en songeant aux futurs patients de nos étudiants et aux défis de la recherche que nous repoussons chaque jour les limites de notre ambition pédagogique.
     
     
    Professeur Bernard Sèle,
  Doyen de la Faculté de Médecine de Grenoble.
 
 
Tous droits réservés